Comment protéger et optimiser l’efficacité de son terreau ?

Aujourd'hui nous allons nous attarder sur un élément essentiel de votre potager qu'il faut chérir et protéger afin qu'ils puissent nous le rendre dans le futur : le terreau !

Bien conserver son terreau pour un usage ultérieur

Vous avez fini d’utiliser votre terreau mais il vous en reste dans votre sac ? Aucun problème, vous pouvez le mettre de côté de façon à ce qu’il vous serve à nouveau plus tard. Au lieu de jeter les restes ou de tout utiliser en excès, il peut être utile de se faire de la réserve pour vos futures plantations ou dans l’objectif d’effectuer une fertilisation de plants déjà existants : une forme d’entretien.

L’essentiel est de protéger le terreau des agressions extérieures, sans quoi il perdra en qualité. Il faut pouvoir le protéger des nuisibles qui pourraient s’y réfugier ainsi que de la pluie qui lessive les sols, ce qui entraîne la disparition rapide des nutriments présents dedans. De plus, l'humidité  modifie l'acidité du terreau ce qui peut se révéler nocif pour certaines variétés de plantes qui ne poussent bien qu’avec des conditions particulières : notamment dans un substrat avec un pH précis. 

Ensuite, il existe d’autres risques, ceux liés à la contamination: des graines de mauvaises herbes pourraient par exemple atterrir dans la terre. Toutes les plantes ne vont pas toutes bien ensemble, certaines peuvent être nocives entre elles et les germes de celle-ci viendraient puiser dans les réserves nutritives présentes dans la terre dans laquelle vous avez planté.

Il est donc nécessaire de les éliminer même si c’est un travail de longue haleine. Un amas de terre non protégé ou un sac de terreau laissé ouvert peuvent représenter un abri idéal pour de nombreuses espèces de nuisibles. Les grosses espèces ne sont pas compliquées à déloger, en revanche pour ce qui concerne les espèces de la taille des mouches, cela peut devenir bien plus compliqué. Afin d’éviter la multiplication de ces nuisible, il est recommandé de jeter le terreau concerné. 

 

Il est donc conseillé de le conserver dans les sacs fournis de base à conserver de préférence à l’abri, dans un endroit frais et sec. Ces recommandations sont valables principalement pour la période hivernale, vous ne pourrez pas conserver votre terreau dans les mêmes conditions en été ! Le plus adapté est donc une cave non chauffée, un abri de jardin ou encore, en hiver, une serre, si vous ne disposez d’aucun des espaces précédents. Cela vous permettra de conserver les propriétés de votre terreau et de pouvoir le réutiliser ultérieurement. 

 

Protection de votre terre en extérieur

Contrairement au terreau en surplus, la terre de votre potager ne peut être protégée de la sorte. En ce qui concerne la période hivernale, il existe d’autres solutions pour conserver ses propriétés et pouvoir garder une terre fonctionnelle pour l’arrivée du printemps. En effet, après les dernières récoltes de la fin de saison, il faut protéger votre terre contre le lessivage, l’érosion due au gel et au vent qui fragilisent le sol de votre potager. Il existe donc plusieurs solutions pour protéger votre terre : 

Engrais vert

Dès la fin de l’été vous pouvez semer un engrais vert (sous forme de plantes par dessus la terre) comme certaines espèces légumineuses  comme le trèfle ou le vesce, ou de la phacélie, de la moutarde. Leur végétation relativement dense pourra protéger le sol grâce à un système racinaire relativement puissant. Il va permettre à votre terre de s’aérer et lui éviter de devenir compacte. Cette décomposition apporte de l’humus et des minéraux : des propriétés qui ont tendance à se perdre en hiver. Attention, ils craignent tout de même le gel !

Le paillage

Les déchets compostés au jardin peuvent également servir de couche suffisante pour protéger votre potager pour la période hivernale. Elle peut être constituée de vos tontes de gazon ou encore vos récoltes de feuilles mortes. Vous pouvez également utiliser votre compost pour fournir une dose confortable de protection. Cette couche doit atteindre une hauteur de 5 à 7 centimètres : suffisant pour tenir vos légumes au chaud ! 

En plus de protéger votre sol, le paillage est une véritable technique pour attirer des insectes qui vont manger les matières organiques (nuisibles). Cela représente ainsi un garde-manger pour les animaux en hiver qui protégera tout autant vos légumes des nuisibles ainsi que des intempéries. 

 

 

Cependant, cette technique est également utile en ce qui concerne la période estivale. En effet, une fois le paillage écarté et les graines semées, il est possible de remettre en place cette couche protectrice mais cette fois-ci pour les chaleurs estivales à venir. Il vous suffira donc d’arroser abondamment une seule fois, et  votre butte n’aura plus besoin d’eau pour tout l’été. Les composants vont retenir l’humidité nécessaire aux plantes pour pousser.

Marc de café

Le marc de café contient des propriétés nécessaires pour favoriser la pousse de vos cultures du magnésium, du potassium et de l’azote. Le potassium et le magnésium sont assimilés immédiatement par les plantes. Quant à l’azote,il se libère petit à petit et est essentiel pour la croissance des végétaux. Le marc de café est riche en éléments nutritifs et représente également un apport en termes de matière organique, c’est une matière légère et aérée, ce qui est idéal pour le développement des jeunes racines. Il doit être sec pour mieux se mélanger aux graines fines. Il ne faut pas en abuser car une forte dose peut avoir l’effet inverse.

Il est bon pour le développement d’un compost et pour l’usage des lombrics mais pas plus de 10 % sinon la terre deviendrait trop acide. 

Enfin, le marc de café est aussi un excellent répulsif contre certains nuisibles tels que la mouche de la carotte, de poireau, et les pucerons qui n’aiment pas l’odeur dégagée. La caféine présente à l’intérieur fait aussi fuir les escargots ainsi que les limaces. Et oui, c’est naturel mais diablement efficace pour vous débarrasser de ces nuisibles sans polluer vos futurs fruits et légumes !

 

Protection et optimisation de votre potager

En alliant ces différents procédés à quelques astuces, votre potager n’en sera que meilleur : 

1. Récolter les derniers légumes

Parfois, l’utilisation d’engrais vert n’est pas toujours possible car les plants y sont toujours présents : il faut faire les dernières récoltes. Mais au lieu d’arracher les plants, il peut être préférable de couper à la base pour conserver les les racines en terre. Elles pourront se décomposer et fournir de l’azote au sol par exemple. L’engrais vert non utilisé peut servir pour alimenter également un compost. 

2. Décompacter rapidement le sol avant l'hiver

Paillée en permanence, le sol du potager conserve une bonne souplesse. Mais pour ce qui est du reste, la terre va pouvoir se tasser et devenir uniforme à cause des nombreuses pluies qui surviennent. C’est pourquoi c’est le moment idéal pour la remuer pour la rendre un peu moins compacte, c’est un des rares travaux que vous pourrez faire dans votre potager avant l’hiver donc profitez-en ! 

Respecter la rotation des cultures au potager est possible mais, prévoir l’emplacement de chaque légume 6 mois à l’avance s’avère franchement complexe. Il faut donc juste choisir les parcelles recevront pas de compost (les parcelles destinées aux pois, haricots, fèves oignons et ail pour l’année à venir).
Pour les parcelles concernées, il faudra y étaler 2 - 3 kilos de compost par mètre carré puis le “griffer” au râteau pour aérer un peu et permettre aux vers de continuer leur travail et de nous remplacer en ce qui concerne le travail de la terre tout en la fertilisant.

Si vous manquez de compost maison, vous pouvez utiliser du fumier bien décomposé ou encore du fumier déshydraté, proposé en granulés. Ou vous pouvez aussi vous mettre au lombricompost ! D'ailleurs Grénéo possède une box idéale pour vous...

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés